Partner Blogs
28 September 2022

Tchad – les avantages de l’alignement de la CDN et du PNA

 

Le Tchad est l’un des pays les plus vulnérables au monde face aux effets du changement climatique. Son économie repose majoritairement sur le secteur primaire qui est fortement dépendant de la météo et des précipitations. La recrudescence des phénomènes météorologiques extrêmes dus au changement climatique fragilise donc l’économie et les modes de vie des populations. Le cas du lac Tchad dont le volume d’eau a diminué de 90% depuis les années 1960 à cause du changement climatique et de sa surexploitation est sûrement l’un des exemples les plus frappants de cette vulnérabilité. Cette fragilité s’accompagne d’un faible niveau de préparation à l’adaptation au changement climatique exacerbant d’autant plus cette vulnérabilité (Notre Dame Global Adaptation Initiative – ND-GAIN, 2020). 

 

 

Mise en place de la CDN et du PNA au Tchad 

En octobre 2021, le Tchad soumettait sa Contribution déterminée nationale (CDN) révisée ainsi que son premier Plan National d’Adaptation (PNA)1 à la Convention cadre des Nations Unies sur le Changement climatique (CCNUCC). La soumission simultanée de ces deux documents clés pour le développement durable du pays n’est pas le fruit du hasard.  La mise à jour de la CDN, en termes d’actions pour l’adaptation, s’est déroulée en parallèle et en étroite collaboration avec l’élaboration du premier PNA. 

La CDN sert de direction et de référence pour la mise en œuvre des engagements de réductions des émissions de gaz à effet de serre (GES) et d’adaptation du pays définis dans le cadre de l’Accord de Paris. En bénéficiant de l’assistance internationale, le Tchad s’engage dans sa CDN révisée à réduire ses émissions de GES de 19,3%, en 2030, par rapport à un scénario de référence. De plus, au vu de la vulnérabilité du pays, l’adaptation au changement climatique y occupe une place importante. Pour parvenir à ses objectifs, le pays mise notamment sur les actions créant des synergies et des co-bénéfices entre adaptation et atténuation, et prévoit un budget conditionnel de 6, 7 milliards de dollars américains pour l’atténuation et de 5,002 milliards de dollars pour les mesures d’adaptation. Des études plus détaillées d’estimations de couts des besoins en adaptation seront élaborées par le PNA-FEM. 

Le premier PNA se base sur les études existantes et les informations collectées par des consultations nationales et régionales. Il est aligné sur les priorités nationales et vise à répondre aux effets du changement climatique à court, moyen et long termes en mettant en place les systèmes et les capacités nécessaires pour que l'adaptation fasse partie intégrante de la planification, de la prise de décision et de la budgétisation du développement du pays, tout en catalysant les investissements nécessaires. Il s’inscrit dans un processus au cours duquel le gouvernement national analyse les risques climatiques actuels et futurs, et délibère avec les différentes parties prenantes y compris les groupes vulnérables sur la manière de faire face à ces risques. Établi en 2010 par la CCNUCC, ce processus permet donc aux pays d'identifier et de hiérarchiser les options d'adaptation à moyen et long termes et de les mettre en œuvre par le biais de stratégies respectives en adoptant une approche systématique pour planifier l'adaptation au niveau national. 

 

De plus, afin de garantir la prise en compte des questions de genre dans le premier PNA, le Ministère de l’Environnement, ainsi que les partenaires techniques et financiers (PTF) impliqués dans le développement du PNA, ont bénéficié du soutien et des recommandations du Réseau mondial de PNA. Ce dernier a réalisé une étude afin d’identifier les acteurs nationaux travaillant sur l’égalité des genres et/ou sur l’adaptation au changement climatique, et de comprendre les connaissances, attitudes et comportements de ces acteurs quant au lien entre genre et adaptation.  L’étude met en avant le besoin de changer les attitudes et comportements des acteurs nationaux du processus PNA. A ce titre, un premier point d’entrée est l’inclusion des acteurs de la société civile, qui sont actifs dans la lutte contre les inégalités de genre, au sein du processus PNA au Tchad. Ces organisations sont des parties prenantes incontournables pour les efforts d’adaptation car elles travaillent déjà sur des projets qui visent à soutenir le développement des populations les plus marginalisées et à promouvoir les droits des femmes. 

 

"Cette étude nous fait prendre conscience que les actions d’adaptation aux changements climatiques ne seront pas durables sans assurer l’égalité des genres."

- Colette Benoudji, Réseau Mondial de PNA 

 

Le processus simultané de révision de la CDN et du développement du PNA 

Le Gouvernement du Chad a demandé un soutien international pour la révision de sa CDN au NDC Partnership en août 2020. En conséquence, l’Unité d’appui a intégré le Tchad dans son Programme de renforcement de l'action pour le climat (CAEP pour son sigle en anglais) et a mobilisé l’appui du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), de la Commission Européenne et de l’ICAT (Initiative for Climate Action Transparency).  

Le PNUD qui était déjà en train de soutenir le ministère de l‘Environnement, de la Pêche et du Développement durable dans le développement de son PNA, à travers son Programme d’appui global aux plans nationaux d’adaptation (PAG-PNA) financé par le Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM), a également accepté d’appuyer la partie adaptation dans l’actualisation de la CDN, à travers son programme « la Promesse climatique ».  

Une coordination efficace s’est alors établie entre le ministère de l‘Environnement, de la Pêche et du Développement durable et les partenaires techniques et financiers (PTF) impliqués, ce qui a permis de regrouper l’expertise, économiser les ressources et maximiser l’impact. Les différents consultants nationaux et internationaux ont collaboré étroitement, et les ateliers pour réunir les parties prenantes dans le cadre du développement du PNA et de l’actualisation de la CDN ont été tenus conjointement. 

Il est ressorti de ces différentes consultations l’importance de prioriser des actions liant les deux processus. Cette aspiration s’est matérialisée dans le premier PNA qui identifie des mesures à mettre en œuvre en synergie avec la CDN, en particulier dans les trois premiers domaines d’intervention prioritaires : Agriculture et Élevage, Environnement et forêts ; Eau et Assainissement.   

En effet, le premier PNA stipule que, d’ici 2030, le Tchad mettra en œuvre des solutions fondées sur la nature (SfN) en lien avec la CDN pour développer l’agriculture et l’agroforesterie durable via la gestion des nutriments des terres cultivées, la plantation d’arbres dans les terres agraires ainsi que l’agriculture de conservation. Cela contribuera à la capture des Gaz à Effet de Serre (GES) tout en renforçant la résilience aux changements climatiques. Ces mesures présentent également des avantages environnementaux et socio-économiques en termes d’amélioration de la biodiversité et des services des écosystèmes ainsi que d’augmentation de la production agricole, d’amélioration des moyens de subsistance, de sécurité alimentaire et de nutrition. 

Également en synergie avec la CDN, le premier PNA envisage l’intégration de l’adaptation et de l’atténuation dans les systèmes d’accès à l’eau. Les mesures d’adaptation amélioreront l’accès des communautés à l’eau et à l’hygiène de base tout en développant des infrastructures d’eau et d’assainissement résistantes au climat. Des mesures d’atténuation seront également mises en place concernant le traitement des eaux usées et l’utilisation de l’énergie solaire pour extraire l’eau et réduire les émissions.  

 

 

"Le Tchad a la particularité de combiner la pauvreté endémique, les déplacements massifs de populations, les risques sécuritaires et les crises alimentaires aux effets péjoratifs des changements climatiques qui deviennent des amplificateurs des vulnérabilités auxquelles ils contribuent. Dans ce contexte, la planification du développement a besoin de s’accommoder au degré élevé d’incertitude que nous imposent désormais les changements climatiques pour espérer réellement renverser les tendances."

- Sierge Ndjekouneyom, Spécialiste de Programme Développement Durable, PNUD Tchad. 

 

L’importance de l’alignement de la CDN et du premier PNA 

Aligner la CDN et le premier PNA permet de garantir une mise en œuvre cohérente, la CDN servant de vision globale et de cadre pour le processus du PNA. En effet, si la CDN permet, elle, d’établir les objectifs du pays en matière d’adaptation, le PNA permet de mieux intégrer les questions climatiques à travers le processus de planification du développement nationale.   

En outre, un tel alignement peut aussi contribuer à accélérer le renforcement des mesures d’adaptation. Ainsi, établir le lien entre le processus du PNA et l’élaboration de futures CDN, comme à travers la mise en œuvre des SfN et des mesures améliorant l’accès à l’eau, permet de favoriser l’identification des co-bénéfices entre adaptation et atténuation. Ces synergies entre adaptation et atténuation facilitent ainsi l’accès et la mobilisation de financement. 

Sur un plan stratégique, l’alignement de la CDN et du processus PNA peut favoriser la mise en place de structures de gouvernance cohérente au niveau national, permettant d’éviter la duplication des efforts et de renforcer l’utilisation efficiente des ressources pour la mise en œuvre, ces dernières étant limitées. Aussi, les actions et les mesures qui seront mise en œuvre contribueront à atteindre une partie des Objectifs de développement durable (ODD).  

Dans le cas du Tchad, le PNA et la CDN sont des éléments clés dans la planification nationale de développement. Celle-ci s’est concrétisée avec le développement du Plan National de Développement (PND 2017-2021), basée sur la première CDN, qui découle de la Vision 2030 du pays dont l’objectif principal est de faire du Tchad un pays émergent d’ici à l’horizon 2030. Cela implique que le PNA et la CDN se traduisent par des processus complémentaires, alignés et qui représentent des éléments de réponse importants du Tchad au changement climatique, conformément à l’Accord de Paris.  

 

 

Les prochaines étapes 

Avec une CDN révisée et un PNA ambitieux, la prochaine étape sera la mobilisation des ressources financières pour la mise en œuvre. Pour ce faire, le Tchad devra établir un plan de mise en œuvre de sa CDN en déterminant et formulant ses besoins ainsi que les actions nécessaires à réaliser afin que celles-ci soient partagées avec les PTF. Cela impliquera dans un premier temps l’évaluation des besoins en ressources comprenant une analyse initiale des lacunes ainsi que la priorisation des activités entre autres. Dans un deuxième temps, il s’agira de mettre en place une coordination des actions climat, renforcer les capacités, mobiliser les parties prenantes et mettre à jour la CDN.  

La protection de l’environnement n’est pas un vain mot, mais un comportement." 

- Idriss Deby Itno  

Comme exprimé durant la cérémonie organisée par le gouvernement du Tchad pour remercier les partenaires ayant soutenu les processus de révision de la CDN et d’élaboration du PNA, le NDC Partnership reste engagé à soutenir le Tchad dans la mise en œuvre des priorités décrites dans sa CDN révisée afin de garantir la réalisation de ses objectifs ambitieux. 

Sign-up for the NDC Partnership monthly newsletter and receive updates on country work, upcoming events, resources, and more.